SITE et la mise en ruines de l’architecture

SITE, acronyme de Sculpture In The Environment, est un groupe formé en 1970 autour de James Wine. Il est composé entre autres de Alison Sky, Joshua Weinstein and Michelle Stone.

Leur premiers projets sont des réponses à des commandes que leur adresse BEST Products, une société de vente par catalogue qui leur demande de réfléchir à leurs showrooms : dans un contexte de zone de shopping suburbaine où règne de la voiture, comment se démarquer dans le territoire ?

Les objets en question sont en effet des hangars de 60 mètres par 60 mètres par 10 mètres de haut, des objets neutres qui permettent à SITE de développer l’idée d’une ‘désarchitecture’, une méthode de projet non conventionnelle, et des propositions souvent humoristiques et critiques qui interrogent l’architecture comme art visuel narratif.

04-01_site_projects_inc-_met_maples-jones_ass-_indeterminate_facade_showroom_houston_1975

Indeterminate Façade Building (1974–5), Houston, Texas

6-james-wines-for-site-inside-outside-building-showroom-for-best-products-1984-milwaukee-wisconsin_low

Inside/Outside Showroom (1984), Milwaukee, Wisconsin

3359682337_1d4b0d58c8_o

Notch Shomwroom (1976–7), Sacramento, California

Le principal dispositif mis à mal dans leurs projets est la façade. C’est effectivement le lieu où l’architecture s’exprime, devient signe visuel, et c’est donc le lieu de prédilection des expérimentations de SITE. En cela, leurs projets sont des exemples construits des Decorated Shed de Learning From Las Vegas : dans une société de la consommation, le rôle de l’architecture est de faire passer des messages, d’être du signe et du langage pur. L’enjeu de la façade dans l’architecture postmoderne est de dissocier le sens du signe et d’être un outil de communication plurivoque. La façade n’est plus là pour jouer un rôle de paroi mais de signe dans le paysage.

À chaque fois, il est question d’architecture sans être vraiment un travail architectural : ils introduisent l’idée du mouvement et de l’évènement en architecture. SITE exerce une architecture de communication, compréhensible par le grand public, sans référence, avec des signes simple, mais tout en se posant comme une démarche artistique : les projets sont à la fois fonctionnalistes et anti utilitaristes. La série des magasins BEST est une démarche critique qui ironise sur la parodie de l’architecture commerciale et le détournement de ses codes.

Un thème récurrent de leurs projets est la mise en ruine de l’architecture. Les façades s’écroulent, montrent leurs tuyauteries, ou sont envahies par la végétation.

3360501100_3e4044db41

Forest Showroom (1980), Richmond, VA

SITE05blog

Hialeah Rainforest Showroom (1979) Hialeah, FL

SITE02blog

Terrarium Showroom Project (1978-9), South San Francisco, California

Les projets Forest Showroom, Rainforest Showroom et Terrarium Showroom sont précurseurs de thématiques environnementales, et interrogent aujourd’hui sur l’existence des milieux écologiques fermés. Dans un système écologique clos, chaque produit rejeté doit être réutilisé : les produits formés (dioxyde de carbone, fèces, urine…) doivent être convertis en oxygène, nourriture et eau.

Qu’en serait-il à la Défense, si l’on considérait ses sous sols comme un substrat écologique qui alimenterait une ville hors sol ? Les relations de matières entre le sol urbain et le sol géographique sont un aspect particulier de la Défense : un rapport à la nature non contrôlée, à la végétation parasite, qui pourrait peut être constituer une ligne de projet.

Série Best Products, 1970-1984 :
Peeling Building Project (1971), Richmond, VA
Indeterminate Façade Building (1974–5), Houston, TX
Notch Shomwroom (1976–7), Sacramento, CA
Tilt Showroom (1976–8), Towson, MD
Antisign (1978-9), Ashland, VA
Terrarium Showroom Project(1978-9) South San Francisco, California
Cutler Ridge Showroom (1979), Miami, FL
Hialeah Rainforest Showroom (1979) Hialeah, FL
Forest Showroom (1980), Richmond, VA
Inside/Outside Showroom (1984), Milwaukee, WI
Sources :
SITE – Collection – frac#6D6CF9
MoMA | The Collection | #6D6CF0
Valéry Didelon, Histoire des postmodernismes, cours de T8, 2013
Cet article, publié dans VAN DE WYNGAERT Perle, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s