Un centre pour le dessous

coupe la défense centre

Scénario de projet //

L’esplanade est venteuse. Sensation d’altitude, le CNIT ressemble à une montagne enneigée. L’entrée du tunnel est proche, elle mène sous terre, plutôt sous la première couche, celle qui sépare de la lumière. On s’enfonce à travers les planchers, les épaisseurs sont variables, les ambiances également. Cette impression de percer le secret de la logique sous terraine de la dalle est grisante. Nous prenons le chemin des réseaux, chemin qui ne répond pas à une logique de déplacement de masse. Juste à la contrainte des flux immatériels.

Un tunnel possède plusieurs extrémités. Celui-ci part de la lumière du jour pour conduire aux entrailles de l’infrastructure, vers ce lieu que l’on appelle le « centre ».

Territoire câblé silencieux, il est un lieu de technologie, un Data-Center tapis dans l’obscurité de la cathédrale. Lieu irréel et interface active, le centre sous-terrain de La Défense parle du dessus, et du dessous. Il est le témoin de l’épaisseur. Ses accès rendent transparent le principe de nivellation. Le centre est publique. Il propose un plan lumineux au sol qui s’anime en fonction des flux captés à l’extérieur. Ainsi le déplacement fictif dans l’amoncellement des dessous permet d’y inventer une cohérence.

Proposition de centre surnaturel pour les sous-sols

Proposition de centre surnaturel pour les sous-sols

Publicités
Cet article, publié dans GROSSET-BRUN Anne, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s