Dalle des invalides – Manifeste

Renverser l’imaginaire
La dalle idéologique qui pensait pouvoir séparer les circulations des fonctions a mis en dessous les services et les nuisances, en gagnant de l’espace pour le dessus constituer alors uniquement d’activités nobles – animation piétonne, commerces , équipements, entrées de logements, jeux, calme et tranquillité.On a voulu cacher un certain nombre de fonctions urbaines peu nobles sous les dalles, mais la pratique de l’usager a rendu ses dessous obscurs en espace public.
Les dessous, aujourd’hui considérées comme des espaces pauvres et sans qualité, sont à réinventer. L ‘imaginaire collectif des souterrains est aujourd’hui associés à des parkings, espaces techniques, fonctionnels et de transits, dénués de toute qualité spatiale et sensitive. Ils n’ont pas reçus de traitements soignés et appropriés. Ces espaces génériques doivent retrouver la qualité de conception des espaces du dessus au risque de tendre vers des espaces réservées à des populations exclues qui ne communiqueront plus avec le dessus.
Confondre le dessous ou dessus
Les espaces urbains du dessous doivent-ils devenir des espaces urbains au même titre que les espaces du dessus ?L’urbanisme de dalles a à priori un avenir évident dans cette course pour disposer de toujours plus d’espaces pour construire et qu’il représente avant tout un avenir !
« Le tissu des dalles n’est pas celui d’un réseau limité d’habitations et de rues mais celui, immense, de la forme sans forme de métropoles. » Christophe Bayle, architecte urbaniste.
Un rééquilibrage urbain entre la ville du dessus et la ville du dessous est à considérer. Intégrer la dalle dans le tissu urbain de la ville environnante jusqu’à ce que les limites entre elle et la ville deviennent floues.L’espace des dalles est un espace à voir comme le déjà-là que la ville ne sait pas encore permise d’investir. Il se doit d’être pensé comme des réserves foncières, vecteurs de développement urbain et de nouvelles possibilités. Le dessous de la dalle peut être un espace à récupérer si on lui redonne des vocations multiples. Il peut devenir un élément stratégique de par sa position et sa relation aux réseaux récurrentes, des points de densifications verticaux dans la ville.
La dalle des invalides
La dalle des invalides reflètent bien l’idée que l’on rejette dans ces espaces souterrains les services techniques de la ville, les espaces pauvres afin de révéler une ville constituée seulement d’espaces nobles et qualifiés. Cet espace souterrain joue de son invisibilité. Au cœur d’un quartier historique, patrimoniale et politique, la dalle des invalides constitue un espace caché où l’on accumule les services techniques et les transports. On ne sait pas qu’elle est là, sous la vaste esplanade de pelouse verte, donnant sa perspective à l’Hôtel des Invalides. Cette dalle marque une fracture de représentation entre l’espace du dessus et du dessous.
collage
Publicités
Cet article, publié dans BRAULT Noémie, MODERATEUR, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s