Manifeste – dalle du Champy, Noisy le Grand

Diagrammes d'hypothèse de projetQu’est ce que la dalle type ? Un mode constructif, une association de programmes qui se répète d’un site à l’autre ? Quel projet pouvons nous faire sur cette « dalle type » qui s’appliquerai à toutes les autres dans une stratégie d’intervention à grande échelle ?

Réinventer le mode d’habiter

Si l’on considère que la dalle est un dispositif urbain qui permet un nouveau mode d’habitation hors sol, travailler sur ce mode d’habiter la dalle peut être une stratégie d’intervention à grande échelle.

La stratification  courante est de mettre des bâtiments de logements sur la dalle et des parkings dans le dessous. C’est la manière dont à été construite la dalle du Champy à Noisy le Grand. Or, c’est la connexion entre ces logements et leurs parkings qui marque le disfonctionnement du principe de la dalle, en l’état. En effet, les parkings sont ici relégués au statut d’espaces résiduels alors qu’ils devraient être un atout spatial et logistique pour les habitants. Le projet pourrait donc consister en une requalification des sas reliant les parkings aux logements. Une stratégie ponctuelle, économie de projet qui pourrait devenir une solutions générique et systématique pour la métropole.

Travailler le sinistre

La volonté de décongestion des centres urbains pousse aujourd’hui à envisager de nouveaux modes de transports, publics ou partagés qui permettraient de réduire le parc automobile et fluidifier les circulations. Le développement de ces nouveaux modes de mobilité va entrainer, progressivement, l’obsolescence de tous les anciens dispositifs liés à la voiture. Programmer l’obsolescence afin d’en récupérer les espaces est une stratégie viable à long terme. Ainsi, pour faire de la dalle une zone stratégique de la nouvelle dimension métropolitaine de Noisy Champs, il faut récupérer le dessous et le rendre indispensable au processus mis en route. La dalle devient alors flexible par le dessous, adaptable aux nouvelles conditions de transport. Un espace en remplace un autre, l’espace de stationnement privé laisse place aux transports du futur. L’un est donc le facteur d’agrandissement de l’autre. Les anciens parkings deviendront peu à peu des zones sinistrées dont il faudra recycler les matériaux. Le partenariat avec le campus universitaire permettra la création d’ateliers de recyclage des objets produits par le sinistre. Ainsi, un développement cyclique se mettra en place alliant innovation, obsolescence et récupération.

Cet article, publié dans GROSSET-BRUN Anne, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s