Atlas – Créteil

Les dalles du centre de Créteil, qui sont le centre commercial Créteil Soleil et le centre administratif Créteil Préfecture, ont fait partis de l’opération du « Nouveau Créteil ». C’est un plan d’urbanisme dirigé par l’architecte Pierre Dufau dans les années 1970 dont les réalisations principales sont : Créteil Soleil, l’Hôtel de ville de Créteil, le lac artificiel, la Maison des arts et de la culture de Créteil, le Palais de justice et la Préfecture du Val-de-Marne.
Créteil Soleil et Créteil Préfecture qui sont deux dalle accolées font donc parti d’un moment de l’histoire de l’urbanisme et de l’architecture de Créteil, de même que le sont les célèbres Maisons-fleurs de Gérard Grandval.

choux3

hotel-de-ville-apres Hotel de ville de Pierre Dufau de la Cité administrative de Créteil, avec le système socle/bloc en vogue dans les années 70.
Le Centre commercial Créteil Soleil a ouvert en 1974, et a fait l’objet d’une rénovation au début des années 2000. C’est un des centres commercial les plus importants d’Europe, avec une superficie commerciale de 124 000 m2 répartie sur trois niveaux. Avec la ligne 8 du métro parisien il se trouve a moins d’une quarantaine de minutes de la Capitale et sa fréquentation est très importantes : plus de 25 millions de visiteurs par an), il abrite plus de 200 commerces dont un hypermarché Carrefour. Créteil Soleil génère un important chiffre d’affaire : environ 200 millions d’euros, et il génère près de 3000 emplois.
Ce centre comercial fait parti de la vague de construction des grands centres commerciaux des années 70, avec Belle Epine, Vélizy 2, Rosny, les Quatre Temps de la Défense, etc. Répondant à l’organisation en quartier monofonctionnels du plan d’urbanisme de Pierre Dufau, Créteil Soleil représente une entité commercial, tandis que Créteil Préfecture représente une entité administrative, qui héberge également des habitants avec d’importantes tour de logements. Le centre commercial est bâti sur un terrain de plus de 13,5 hectares.
 Créteil est la ville de l’Est parisien la mieux desservie par les transports en communs et les voies de communication. Créteil Soleil accorde une place importante à la voiture : l’accès est largement prioritaire pour les véhicues motorisés par rapport aux piétons, a moins de n’emprunter les transports en communs, et les surfaces de parkings de Créteil Soleil sont excédentaires, le parking principal comporte 3 niveaux et il propose 5300 places de stationnement. Cependant le centre bénéficie de chemins piétonniers qui convergent de quartiers d’habitations environnant et 25% de ses clients s’y rendent a pied.
Un grand complexe de cinéma UGC Créteil et un bâtiment important Le Pascal qui est une extension du tribunal de commerce de Créteil, sont venus s’insérer entre la station de métro Créteil Préfecture et le centre commercial. Par ailleurs la rénovation de Créteil Soleil dans les années 2000 a retraitée l’ouverture du centre commercial vers l’extérieur avec la création d’une entrée majestueuse avec une nef de verre. La traversée piétonne du métro jusqu’à Créteil Préfecture a également fait l’objet d’un retraitement. La plupart des restaurants du Centre commercial se trouvent au 3eme niveau, aucun n’est ouvert sur l’extérieur, il possède 14 restaurants.
Dans les années 1990, Jean-Marc Poupard a montrer a travers une thèse de sociologie comment ce centre commercial était promoteur de lien social, et comment Créteil Soleil est également un espace public où l’individu est aussi en « exploration sociale ». C’est encore le cas aujourd’hui, avec une forte affluence le mercredi après-midi d’une population qui n’est pas là dans une motivation d’achat.
« La participation physique à un groupe, même d’une façon anonyme, joue probablement un rôle important dans le sentiment d’appartenance à un groupe solcial. Le fait d’effectuer une activité aussi basique que le déplacement dans une même unité de temps et de lieu, comme le mail d’un centre commercial, au sein d’autres individus de notre espère appartenant à notre culture est probablement propre à renforcer l’idée d’appartenance au groupe. Cela est d’autant plus vrai et plus important que les lieux de socialisation intense au sein de la ville tendent à disparaître ou plis exactement a changer de forme. »  
Jean-Marc Poupard, Les Centres commerciaux, de nouveaux lieux de socialité dans le paysage urbain, 1990

ATLAS ATLAS2

Image | Cet article, publié dans RICHARD Carole, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s